Formations cliniques du Champ lacanien

Collèges de Clinique Psychanalytique

La phobie et les paniques aujourd’hui

par Jacques Vauconsant

«  Quand il lui arrive des choses, même des choses qu’il a voulues, qu’il ne comprend pas, l’homme a peur. Il souffre de ne pas comprendre et petit à petit il entre dans un état de panique, c’est la névrose »

  • Jacques Lacan, Entretien avec le journal italien Panorama, 21 novembre 1974

Dans le champ clinique « peur » renvoie à « phobie ». Du grec phobos avec son contenu gradué de crainte, de frayeur et d’effroi. Cette peur peut devenir panique. De Panikos, le dieu Pan, celui produisant dans la nature les bruits effrayant les esprits.

En psychiatrie aujourd’hui, via la CIM et le DSM, la catégorie des névroses disparaît au profit d’une classification strictement descriptive en termes de troubles. Dès lors, les manifestations phobiques et paniques vont être regroupées dans la grande famille des troubles anxieux. En psychanalyse, le parangon de la phobie, c’est le petit Hans. Ce petit garçon de cinq ans effrayé par la jouissance érectile de son wiwimacher, son fait pipi, évènement de corps dont « il ne comprend exactement rien (1) ». Cette jouissance, il l’externalise, la rejette au dehors sur des objets localisés, c’est la fabrique du symptôme permettant de focaliser sa peur. D’autant, précise Lacan, que « L’homme a peur de son corps et ça l’angoisse (2) ». Ça l’angoisse en tant que c’est ce « moment où un petit bonhomme ou une petite bonne femme s’aperçoit qu’il est marié avec sa queue (3) ». Dès lors, d’en être affligé ou pas, la responsabilité d’usage de la signification phallique à l’aune de la castration incombe à chaque sujet. Et c’est bien l’effectif de la dite castration qui permettra l’extraction de l’angoisse.

On aurait donc d’un côté, le sujet de l’inconscient marqué du trou irréductible sans quoi nulle consistance du nœud ne trouverait son ek-sistence, permettant l’extériorité de l’objet et la constitution événementielle d’une structure toujours symptomatologique dont la phobie fait partie ; et de l’autre les manifestations paniques sporadiques, hors structure, d’un corps dénoué , échappant à tout contrôle rationnel. C’est la prise dans le corps d’une angoisse acméique par la jouissance d’un réel. L’angoisse étant ce « sentiment qui surgit de ce soupçon qui nous vient de nous réduire à notre corps … ce n’est pas la peur de quoi que ce soit dont le corps puisse se motiver, c’est une peur de la peur (4) ».

Alors, faisons lien avec le discours capitaliste, celui qui insère le sujet dans la spire du grand huit infernal d’une consommation - production de plus-de-jouir -. Une production sans perte où rien ne doit manquer dans un monde uniformisé. Le sujet qui n’est plus de l’inconscient se voit réduit à sa valeur marchande, hors sexe et hors signifiant, aspiré dans cette course panique de l’avoir et du jouir au détriment de son manque-à-être.

La phobie et les paniques aujourd’hui, thème de notre année, permettra donc de préciser en quoi la phobie fait structure en tant qu’elle est du sujet, symbolisable et témoigne d’une délocalisation de jouissance, hétérotopique, fixée sur un ou plusieurs objets. Alors que les paniques versus angoisse indiquent plutôt un débordement de réel en plein corps, d’un corps dénoué de son arrimage symbolique, hors sujet donc, disloqué, hors de son lieu de discours. Panique par décorpsification. L’aujourd’hui du discours capitaliste renforçant les impératifs catégoriques du jouir sans entrave ; ce leurre imbécile du sans entrave de la castration.

  1. J. Lacan in Conférence de Genève sur le symptôme, 4 Novembre 1975
  2. J. Lacan in La Troisième, 3 Novembre 1974
  3. Ibid
  4. Ibid

Références bibliographiques

FREUD Sigmund
Études sur l’hystérie (1895), Paris, PUF, 1956.
« Obsessions et phobies – Leur mécanisme psychique et leur étiologie » (1895), Névrose psychose et perversion, Paris, PUF, 1973.
« Analyse d'une phobie d'un petit garçon de cinq ans (Le Petit Hans), Cinq psychanalyses (1909), Paris, PUF, 1954.
« Le retour infantile du totémisme », Totem et tabou (1913), Paris, PBP, 1965.
« L’angoisse », Introduction à la Psychanalyse, (1916), Paris, PBP, 2001.
« Psychologie des foules et analyse du moi », Deux foules artificielles : l’église et l’armée, Essais de psychanalyse (1921), Paris, PBP, 1981.
Inhibition, symptôme et angoisse (1926), Paris, PUF, 1968.
Malaise dans la civilisation (1930), Paris, PUF, 1971.
« Angoisse et vie pulsionnelle », XXXIIe conférence, Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, (1933), Paris, Folio, 1984.
LACAN Jacques, Ecrits et Autres écrits
« Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique », Écrits, Paris, Seuil, 1966.
« L’instance de la lettre dans l’inconscient », Écrits, Paris, Seuil, 1966.
« D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », Écrits, Paris, Seuil, 1966.
« La direction de la cure », Écrits, Paris, Seuil, 1966.
« Télévision », Autres Écrits, Paris, Seuil, 2001.
« Note sur l’enfant », Autres Écrits, Paris, Seuil, 2001.
LACAN Jacques, Le Séminaire 
Livre I, Les écrits techniques de Freud, Paris, Seuil, 1975.
Livre IV, La relation d’objet, Paris, Seuil, 1994.
Livre V, Les formations de l’inconscient, Paris, Seuil, 1998.
Livre VI, Le désir et son interprétation, Paris, La Martinière, 2013.
Livre VIII, Le transfert, Paris, Seuil, 1991.
Livre X, L’angoisse, Paris, Seuil, 2004.
Livre XIV, La logique du fantasme, 66/67, inédit.
Livre XVI, D’un Autre à l’autre, Paris, Seuil, 2006.
Livre XVII, L’envers de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1991.
Livre XXI, Les non-dupes errent, 73/74, inédit.
Livre XXII, RSI, 74/75, inédit.
LACAN Jacques, Autres références
« Entretien de Jacques Lacan avec Emilia Granzotto », inédit, 21 nov. 1974.
« La Troisième », Conférence au 7e Congrès de l’École freudienne de Paris à Rome, Lettres de l’École freudienne, n°16, Paris, 1975, pp. 177-203.
« Le symptôme », Conférence à Genève du 4 octobre 1975, dans Le Bloc-notes de la psychanalyse, 1985, n° 5, p. 5-23.
« Conférences et entretiens dans des universités nord-américaines », Scilicet n° 6/7, 1975, pp. 32-37.
SOLER Colette
Les affects lacaniens, Paris, PUF, 2012.
L’époque des traumatismes, Roma, Biblink editori, 2005. 
Séminaire de lecture de texte 2005/06, La Troisième, de Jacques Lacan, Champ lacanien.  
Séminaire de lecture de texte année 2006/07, L’Angoisse, de Jacques Lacan, Champ lacanien. 
« Perspectives politiques », Lacan, l’inconscient réinventé, Paris, PUF, 2010. 
Autres auteurs et références
Bauman Z., Le présent liquide (peurs sociales et obsession sécuritaire), Paris, Seuil, 2007
Bernard D., « Honte de vivre et malaise dans la civilisation », Lacan et la honte, Paris, …In Progress, édition du champ lacanien, 2011.
Coll. « Aux limites du savoir : les phobies de l’enfant », À l’école de l’enfant dans la psychanalyse, Série de la Découvert Freudienne, Toulouse, PUM, 1993.
Deutsch H., Psychanalyse des névroses (1932), Collectif édition de l’Association freudienne, Paris, Payot, 1970, Ch. « Névrose phobique ».
Ferenczi S., Un petit homme coq, Suivi de Les enfants qui ont la phobie des animaux de Sigmund Freud, Paris, Payot, 2012.
Gilet-Le Bon S., « Deux symptômes d’exception : phobie et fétichisme », Champ lacanien, Revue de psychanalyse N°14/novembre 2014, EPFCL-France.
Klein M., « L’importance de la formation du symbole dans le développement du moi » Essais de psychanalyse (193), Paris, Payot, 1968.
Lebovici R., « Perversion sexuelle transitoire au cours d’un traitement psychanalytique » (L’homme au Flytox), Bulletin d’activités de l’association des psychanalystes de Belgique, n° 25, 1956.
Lefebvre G., La grande peur de 1789, (1932) réédition, Armand Colin, Paris, 2014.
Léger, C., « La panique attaque, l’anxiété se généralise », L’angoisse, RNCCCL N°1, mars 2002
Menès M., Un trauma bénéfique, la névrose infantile, Paris, Éditions du Champ lacanien, 2006.
Menès M., L’enfant et le savoir, Paris, Seuil, 2012.
Morin I., La phobie, le vivant, le Féminin, Presses universitaires du Mirail, 2006.
Ortiguès, M.-C., et E. Comment se décide une psychothérapie d’enfant ? Paris, Denoël, 1986.
Pichot P., « D'où vient l'attaque de panique ? », sous la direction de Lemperière T., Le trouble panique, Paris, Acanthe - Masson, 1998.
Schnurmann A., Le cas de Sandy, Les documents de la bibliothèque de la cause freudienne, n°5. pp. 9-31.
Sous J.-L., L’enfant supposé, Paris, EPEL, 2006.
« Psychanalyse et religion », Champ lacanien, Revue de psychanalyse N°8/mars 2010, EPFCL-France.
« Les traumatismes : causes et suites », Actes des journées de décembre 2004, EPFCL-France.